6 GTPDG: 30 %

5 26 621

Chronique hebdomadaire Par:Makek Harami

En Conseil des ministres, le Président de la République donne instruction à une grande compagnie nationale de réduire les coûts de 30 %.
Maîtriser (réduire / optimiser / améliorer) les coûts est un but permanent pour l’entreprise. Surtout dans le contexte où le prix de vente échappe à son contrôle. Ce qui est le cas pour la compagnie en question. Et pour la plupart de nos entreprises.
Je ne sais pas si 30 % est un objectif trop ambitieux ou pas assez. Là n’est pas notre sujet. La question n’est pas là. La question est : Comment ?
Dans le cas présent, la direction de la compagnie s’empare de l’injonction et décline cet objectif en cascade aux différents niveaux et fonctions de l’entreprise.
Et chaque responsable va, en mode copier-coller, demander aux départements sous sa responsabilité de réduire les coûts de 30 % ….
Et ainsi, il va être demandé aux sous-traitants et fournisseurs de la compagnie de réduire les montants de leurs offres de 30 %.
Je ne sais pas pour vous, mais si j’étais PDG de cette compagnie nationale, j’éliminerais tous les sous-traitants qui accepteraient de réduire leurs factures de 30 %. Parce que cela voudrait dire qu’ils ont toujours facturé à des marges de loin supérieures à 30 %.
Et pourtant, des opportunités de réduire (je dirais plutôt d’optimiser) les coûts, il y en a.
Dans toutes nos entreprises, il y a forcément à rechercher et exploiter des gisements de productivité en passant en revue les processus et les activités et en se fixant des objectifs ambitieux et raisonnables en termes de performances économiques. On pourrait bien travailler sur des objectifs mesurables et les indicateurs associés :
Réduire des coûts de la non-qualité (produits non-conformes)
Optimiser la consommation des ressources
Réduire le NPT (Non-productive time)
Interroger les tâches inutiles (tâches qui ne produisent pas de valeur ajoutée)
Accroître la productivité des ressources humaines
Cette démarche passe par la planification d’un système de management (Politiques, Objectifs, Responsabilités et autorités, Communication, Formation, Suivi des indicateurs, Amélioration).
Les entreprises certifiées ISO 9001, ISO 14001, pourraient mettre à profit les compétences managériales acquises dans la mise en œuvre des systèmes de management pour mettre en place une telle démarche (système de management) et tirer profit des performances qualité et environnementales afin d’atteindre ses objectifs en matière d’optimisation des coûts et d’amélioration des performances économiques durables.
Et vous, qu’est ce que vous en pensez

5 commentaires
  1. Farid Abdeddaim dit

    La question qui se pose reste celle de la création d’une Direction, comme préconisée par le TOP management, chargée de réduire les coûts de l’entreprise. Mesurer l’impact financier de cette décision par rapport aux gains à accumuler. Quel en sera le sort après sa mission.

  2. Lounes dit

    A mon avis avant de parler de réduire les coûts ,il faut se poser la question suivante : Es ce que nos entreprises maîtrisent les coûts en général ?
    Si on se réfère à ce chiffre de 30 % , le premier responsable PDG de cette entreprise doit en fonction des structures et des processus disposant des indicateurs mesurables leur intégrés les Objectifs reels pour chaque structure.
    Nous savons par expérience que les achats (approvisionnent )est le noeud des coûts de revient des produits ( si les achats sont bien maîtrisés il y aurait des gains de 20 à 30 % ) en se référant aux fiches d’évaluation fournisseurs et éviter les ruptures de stock qui sont néfastes pour l’entreprise.
    Instaurer un contrôle réception de tous les entrants de l’extérieur des fournisseurs ou sous traitants ( imputés les N/C. et retards de livraison à ces derniers avec des pénalités prédéfinis lors des commandes ou contrats. ).
    Au niveau de la production ,la réduction des rebuts,non conformités est une niche avoisinant jusqu’à 20 % .La mise en place d’une structure qualité par un contrôle qualité au niveau de chaque poste de travail réduirait ce taux et le ramenait aux normes industrielles .
    Les retours clients sont une niche des N/C à éliminer par le contrôle final rigoureux.
    La productivité du personnel au niveau de la production dont le taux de rendement ne doit pas être inférieur à 80 % en instaurant une bonne gestion de la fabrication et des fiches de rendement i individuel .
    La bonne maintenance( préventive et curative) des équipements. dont le taux de panne ne doit pas excéder la norme requise .
    Le pléthore du personnel dans les autres structures de soutien et administratif est à réduire aux normes requises.

    1. LCA dit

      merci pour votre interactivité

  3. Lounes Ali dit

    Es ce que nos entreprises maîtrisent les coûts en général ?
    Si on se réfère à ce chiffre de 30 % , le PDG de l’entreprise doit assigner des objectifs par structures qu’on retrouve dans les fiches des processus avec des indicateurs mesurables.
    Par expérience les achats (approvisionnent )sont le noeud des coûts de revient des produits ( s’ils sont bien maîtrisés il y aurait des gains importants), utiliser les fiches d’évaluation fournisseurs et éviter les ruptures de stock qui sont néfastes pour l’entreprise.
    Instaurer un contrôle réception de tous les entrants de l’extérieur des fournisseurs ou sous traitants ( imputés les N/C. et retards de livraison à ces derniers avec des pénalités prédéfinis.

    1. LCA dit

      Notre cher confrere malek harami est entrain de faire un constat basés sur des expèriences déja vécu

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.