Adrar.. Organiser l’aquaculture et assurer la sécurité alimentaire

0 31

La nécessité d’organiser la filière aquacole par l’activation de mécanismes d’accompagnement et la consolidation des efforts visant la sécurité alimentaire nationale a été mise en avant, lundi à Adrar, lors d’une journée d’étude intitulée « accompagner l’investissement aquacole en milieu saharien ».

Initiée par la direction de la pêche et des ressources halieutiques (DPRH, basée à Béchar), avec le concours de la Chambre algérienne de la pêche et de l’aquaculture, cette journée a permis de mettre en valeur les potentialités aquacoles de la wilaya d’Adrar et les défis risquant d’hypothéquer le développement de cette filière susceptible d’être un levier de développement économique local et national.

Le DPRH, Djamel Boulekhsayem a expliqué le choix de la wilaya d’Adrar pour abriter cette rencontre par les perspectives prometteuses qu’elle offre en matière de développement des activités aquacoles à travers les périmètres agricoles, et que cette rencontre s’inscrit dans le cadre du programme d’accompagnement des aquaculteurs en vue d’atteindre les objectifs escomptés et contribuer à la sécurité alimentaire nationale.

La wilaya d’Adrar a réalisé, de janvier à fin octobre dernier, une production de plus de 20 quintaux de poisson d’eau douce, fruit des efforts de 442 agriculteurs qui se sont lancés dans l’aquaponie développée dans 702 bassins d’élevage à travers les différentes communes de la wilaya, a ajouté le responsable.

Et de soutenir que, par souci de consolider les activités d’intégration de l’activité aquacole dans l’agriculture, 369 agriculteurs ont bénéficié d’une formation dans ce sens, dont cinq (5) en Chine.

Sur un autre registre, il a assuré que ses services s’emploient, avec le concours des organismes concernés, à prendre en charge les préoccupations des aquaculteurs liées notamment aux aliments de poisson, à travers l’ouverture d’un point de vente au niveau local et l’octroi de crédits aux agriculteurs pour s’approvisionner en aliments nécessaires.

Intervenant en ouverture de la rencontre, le secrétaire général de la wilaya d’Adrar, Lâaredj Nehila, a mis en relief les efforts des autorités locales dans l’accompagnement du développement de la filière aquacole qui sera traduit prochainement par la désignation de zones d’activités sur 346 ha pour mettre sur pied des entreprises aquacoles sur les territoires des communes de Sebaâ, Tsabit et Tamentit.

Pour booster ce créneau, le même responsable a fait part de la création d’un portail électronique et sa mise à la disposition des micro-entreprises en vue d’aider les jeunes à s’impliquer dans la branche et à s’inscrire dans la promotion des activités aquacoles.

Cette journée d’étude a été mise à profit pour, outre l’organisation d’une exposition sur les organismes d’accompagnement et les entreprises concernées par l’aquaculture et la vulgarisation du produit aquacole local, procéder à la signature d’une convention de coopération entre la DPRH et l’antenne locale de l’Agence nationale d’appui et de développement de l’entrepreneuriat (ANADE), pour l’accompagnement des promoteurs aquacoles d’Adrar.

Elle a été marquée par l’animation, par les représentants de l’ANADE et l’Agence de gestion du microcrédit (ANGEM), de communications et d’exposés sur le thème, ponctués par des interventions de participants concernant des préoccupations liées à la levée des procédures bureaucratiques entravant depuis des années le processus de réussite de ce segment.

Le président de l’association d’élevage aquacole « Afaq », Mebarek Mabrouki, a suggéré, à ce titre, de revoir la carte de répartition des zones d’activités aquacoles pour profiter également aux autres communes situées au Sud de la wilaya, telles que Reggane, Sali, Aoulef et Zaouiet-Kounta, qui connaissent un développement de l’aquaponie avec les moyens propres des agriculteurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.