Affaire de l’ ex wali DE SBA,L’expertise judiciaire mené par l’Inspection générale des finances révèle des abus grossiers

0 6 346

PAR//M.Bentrar 

C’est ainsi que le Wali de Sidi Bel Abbas a renoncé à des milliers de biens immobiliers en échange de sa promotion au poste de ministre de la Jeunesse et des Sports.L’expertise judiciaire mené  par l’Inspection générale des finances a révélé des transactions immobilières illégales pour l’ancien wali de Sidi Bel Abbas, Mohamed Hattab, qui a été promu ministre de la Jeunesse et des Sports, et a indiqué que le wali avait accordé des dizaines des biens de l’État d’une manière suspecte aux hommes d’affaires proches de lui et à la bande qui l’a négocié pour qu’il soit promu ministre

Cette expertise a révélé que  à Muhammad Hattab avait attribué des concessions et des biens immobiliers de l’État par simple consentement à ses proches, en plus d’accorder une concession à un promoteur immobilier d’une superficie de 29867M2 au profit d’une sarl. « matériels équipements cima », et il a également accordé une concession à un investisseur immobilier d’une superficie de 7 934 mètres carrés au profit de l’homme d’affaires qui lui est proche, « B Mohamed ».  un autre terrain a également été accordé à un opérateur économique dénommé « TM », en plus de l’octroi d’une concession sous la forme d’une promotion immobilière d’une superficie de 45 000 mille mètres carrés au profit de l’institution dénommée « SARL ». ouest. »  le wali a également accordé une superficie de 37 mille mètres carrés pour  opérateur économique appelé (BA) et une autre boite de construction  d’une superficie de 3 006 mètres carrés au profit de l’institution « sarl yahyiaoui ». Les enquêtes ont révélé que la plupart des bénéficiaires de ces biens immobiliers ne contribuaient pas à l’économie de l’État, mais plutôt ils étaient proches du wali et ils ont intercédé auprès du , Muhammad Hattab, L’accusé, Muhammad Hattab, a été inculpé, sur la base de cette expérience, de plusieurs chefs d’accusation liés à la corruption,  abus de pouvoir et dilapidation de fonds publics. Des   l’enquête est toujours en cours dans des dizaines de dossiers, d’autant plus que Mohamed Hattab a longtemps vécu dans la Wilayat de Sidi Bel Abbas et a été en contact avec des hommes d’affaires et des détenteurs d’argent suspect.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.