Décroissance démographique en 2020

Covid-19 à Constantine

0 4 671

La pandémie de la Covid-19 a induit une décroissance démographique en 2020 dans la capitale de l’Est du pays qui, contrairement à la courbe exponentielle observée les dernières années, a connu un recul des naissances avec, en toile de fond, une baisse des mariages.

L’onde de choc induite par la Covid-19 a, en effet, entrainé une diminution, l’année dernière, du nombre des nouveaux nés à Constantine de près de 2 200 par rapport à l’année 2019, a affirmé à l’APS Hilal Bouderbala, directeur de la Réglementation et des Affaires générales (DRAG) de la commune de Constantine. Les services de l’état civil du chef-lieu de wilaya ont enregistré en 2020 un total de 26 224 nouveaux nés à Constantine, dont 12 756 filles et 13 295 garçons contre 28 416 nouveau-nés en 2019 (13 749 filles et 14 661 garçons). « Avant la pandémie de Covid-19, les naissances étaient constamment en hausse ces dernières années contrairement à 2020 où les services de l’état civil ont enregistré un recul des chiffres des nouveaux nés », a-t-il renchéri, imputant notamment ce déclin aux répercussions de l’épidémie de coronavirus sur le quotidien des Constantinois. Un constat similaire a été fait s’agissant les actes de mariage délivrés en 2020 qui s’élèvent à 2 991, contre 3 970 délivrés au cours de l’exercice 2019, relève la même source, rappelant la suspension temporaire de la délivrance des actes de mariage visant à mettre un terme aux fêtes de mariage et aux regroupements familiaux pour lutter contre la propagation du coronavirus décidée par les hautes autorités du pays. Autre paramètre invoqué par M. Bouderbala, la « diminution des évacuations et des transferts » des parturientes vers le centre hospitalo-universitaire Dr. Benbadis (CHU) à partir des wilayas voisines qui a impacté, selon lui, le nombre des naissances consignées dans les registres de l’état civil de la ville de Constantine, la commune-mère vers laquelle converge la majorité des citoyens de la wilaya et même ceux des wilayas limitrophes. Un constat corroboré par le directeur local de la santé (DSP), Mohamed Adil Daâs, qui a fait état d’une diminution du nombre des évacuations des femmes enceintes des autres wilayas vers les établissements sanitaires de Constantine depuis l’apparition de la pandémie de Covid-19. « La Covid-19 a démontré que certaines wilayas, comme Mila et Oum El Bouaghi, disposent des capacités et des ressources humaines pour la prise en charge des parturientes au niveau de leurs propres structures sanitaires », a souligné M. Daâs.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.