Des opportunités à saisir par l’Algérie

Intégration des accords commerciaux multilatéraux

0 3 797

Par Abdelkader Mechdal        

L’intégration de l’Algérie des accords commerciaux multilatéraux, qui a pris un temps énorme de gel jusqu’ici, pour mettre le pays parmi les plus rares dans le monde à ne pas franchir ce pas, devient une voie stratégique du point de vue de s’aligner sur les règles, mais aussi des normes internationales, ouvrant la voie à la concrétisation des projets annoncés en matière de diversification des exportations, et d’aller dans le sens d’une meilleure maitrise des coûts à l’importation.

 

Il y a eu toujours cette gène pour l’Algérie de s’ouvrir au monde extérieur, et accepter les règles universelles du libre-échange, qui s’appuient sur l’échange des gains entre les différents pays du monde, ce qui la met dans une catégorie de pays très réservés pour accéder à plus de liberté d’entreprendre, puisque l’ouverture du marché concerne et le commerce et l’investissement. Un état des lieux qui démontre de l’ambigüité, quant à la voie à suivre, pourtant les textes des réformes sont clairs de vouloir mener l’économie vers le marché, mais, en même temps, le penchant social a dû freiner l’action des Gouvernements qui ont préféré maintenir une intervention, qu’ils croient jouer en faveur des revenus faibles.

La flexibilité du système demande à ce que la refonte des engagements pour plus de marché soit effective, sans cela ne veut pas dire de laisser à l’abandon, les franges les plus faibles de la société, c’est-à-dire, d’aller vers la sélection qui va ancrer une démarche, en leur faveur et d’une façon exclusive, du moins pour pouvoir réviser la façon avec laquelle est redistribué le revenu national, et limiter ainsi les aides sociales à ceux qui en ont besoin, avec ce qui suit comme minimisation des dépenses publique, d’une part, et passer à la réalité des prix, d’autre part. Justement, c’est ce dernier point qui interpelle les Pouvoirs publics, qui ont reconnu le fait que les opérations d’import-export sont entachées par les fausses déclarations, qui aboutissent souvent sur un détournement de fonds vers l’étranger, et font en sorte que les prix des produits importés, par exemple, soient trop chers pour les consommateurs sur le marché national, surtout en ce qui concerne les produits nécessaires, ce qui touche négativement le pouvoir d’achat des Algériens.

Et voilà une raison extrême, qui demande la professionnalisation des opérations du commerce extérieur, dans le sens de constituer une base de données sur les produits concernés par les échanges, et aussi sur les prix et leur évolution, ce qui aiderait à mettre un terme aux fausses déclarations, et ainsi permettre de normaliser les pratiques commerciales. Une démarche qui va jouer en faveur de l’installation sur le marché national, d’opérateurs ayant cette habilité d’améliorer la performance de l’économie nationale, et qui va mener à attirer les Investissements directs étrangers. Cette démarche demande, en fait, la présence d’institutions publiques fortes, permettant la préservation des intérêts du pays devant la concurrence internationale, ce qui aiderait à la délocalisation et l’implantation des industries diverses puisant dans les avantages que représente le marché national, et ainsi de renforcer la création de la richesse, au sens de la croissance et du développement. 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.