Dorothy et son plan d’action

0 1 966

Par: Malek Hrami

« A force de marcher, nous finirons bien par arriver quelque part. »

Dit Dorothy à ses amis perdus au milieu des champs de boutons d’or et de marguerites.

Ils ne savaient pas quel chemin prendre. Mais ils savaient qu’ils devaient marcher vers l’Est.

Cette belle histoire du Magicien d’Oz, nous interpelle sur la nécessité d’avoir un objectif. Et un plan d’action pour atteindre cet objectif.

Qu’il s’agisse de macro-économie, du domaine de l’entreprise ou de la vie de tous les jours, il nous faut un objectif. Un but. Une destination à atteindre.

Au Brésil, Lula da Silva avait été élu président de la république en 2002, avec un objectif : Garantir à chaque citoyen trois repas par jour.

Tout simplement.

Relancer l’économie, Créer des emplois ; Favoriser la création des entreprises ; Développer la production agricole ; Programmes d’aides sociales ; Investissements publics ; Grands travaux, Formation professionnelle : Tous les autres objectifs, et les plans d’actions qui en découlaient, étaient censés contribuer à cet objectif.

Le plan d’action vient ensuite, comme son non l’indique, avec des actions planifiées dans le temps, avec des échéances, des budgets, des responsabilités et des modalités d’évaluation.

La direction doit vérifier la cohérence des plans d’actions et des objectifs intermédiaires.

En s’assurant que les plans d’actions contribuent à l’atteinte de l’objectif. En testant les différentes hypothèses quant aux évènements probables favorables, ou pas, à la réalisation de l’action et par conséquence à l’atteinte de l’objectif.

Et en prévoyant et réglant à l’avance les complémentarités et les antagonismes des objectifs intermédiaires.

Elle doit ensuite mettre en place les mécanismes de suivi de la réalisation du plan d’action et de correction des dysfonctionnements éventuels.

L’histoire nous dit que Dorothy et ses amis étaient bien arrivés. 

Ils avaient commencé à marcher vers l’Est.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.