El-Oued.. Adhésion des agriculteurs au projet de culture du colza

0 3 400

De nombreux d’agriculteurs dans la wilaya d’El-Oued ont adhéré au titre de la saison agricole 2020-2021 au projet de culture du colza, en tant que culture stratégique destinée à l’agro-industrie, ont indiqué à l’APS des professionnels locaux du secteur.

Une quinzaine d’agriculteurs, ayant introduit ce genre culturale sur 80 hectares, dans trois communes à vocation agricole (Kouinine, Benguecha et Oum-Tiour), ont ainsi adhéré à cette opération expérimentale, dont les premiers résultats augurent déjà d’une filière « prometteuse », à titre d’accompagnement de la stratégie nationale prospective de promotion des cultures stratégiques, a fait savoir le secrétaire général de la Chambre agricole de la wilaya, Ahmed Achour.

Parmi les facteurs ayant encouragé cette orientation figure l’extension des superficies dédiées au Colza, les campagnes de vulgarisation agricole et de formation pilotées par la Chambre agricole et articulée autour de la présentation des avantages de l’investissement dans les cultures stratégiques ainsi que la valorisation des expériences réussies dans ce domaine et démontrant l’adaptation de ces cultures aux conditions naturelles locales (nature des sols, qualité de l’eau et spécificités du climat saharien), a expliqué M. Achour.

La Chambre agricole a arrêté, dans ce sillage, un programme de vulgarisation et d’orientation destiné à assurer un accompagnement technique aux agriculteurs, en plus d’un programme pour la saison prochaine visant à identifier avec précision les superficies consacrées à la culture du Colza pour pouvoir en déterminer le potentiel de production attendu, a-t-il ajouté.

Le chercheur spécialisé en agronomie saharienne, Ahmed Allali (Université d’El-Oued) a affirmé, de son côté, que la culture du Colza dans la wilaya, bien qu’elle soit encore à son stade expérimental, a donné des résultats « probants », laissant déjà entrevoir la possibilité de la développer dès la saison prochaine, à plus grande échelle, comme culture stratégique agro-industrielle (transformation en matière première pour la production d’huile de table), et ce comme contribution du secteur agricole à la réduction de la facture nationale des importations.

En effet, les premiers indicateurs techniques montrent l’adaptation des régions sahariennes à la culture du Colza, avec un rendement dépassant les 40 quintaux à l’hectare, selon les conditions hydro-édaphiques et climatiques de ces régions.

Les expériences menées dans le domaine ont démontré que des rendements appréciables sont obtenus de la culture du Colza, même dans de conditions naturelles extrêmes, s’agissant d’une plante résistante au climat aride, peu consommatrice en eau, non-exigeante en fertilisants organiques, en plus de sa particularité de contribuer à la réhabilitation des sols dégradés et appauvris.

Selon ce chercheur en agronomie saharienne, les programmes d’accompagnement des agriculteurs sur le terrain, en matière de culture du Colza, laissent présager, lors de la saison agricole prochaine, une extension de ses superficies dans une quinzaine de communes de la wilaya, au lieu des trois actuelles (Kouinine, Benguecha et Oum-Tiour).

Le cycle de croissance du Colza s’étale sur une période de six mois, sachant que sa culture s’opère entre la mi-novembre et début décembre, a fait savoir M.Allali.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.