Jijel.. Impérative entrée en activité de l’usine Nutris  »dans les plus brefs délais »

0 111

Le ministre de l’Industrie, Ahmed Zeghdar, a insisté mardi au cours de sa visite à Jijel sur l’impérative entrée en phase de production de l’usine Nutris de trituration des graines oléagineuses, située dans la commune de Taher,  »dans les plus brefs délais’’.

Lors de l’inspection des diverses unités de cette usine, dont le taux d’avancement des travaux est estimé à 70 %, le ministre a souligné l’intérêt accordé par le gouvernement quant à l’achèvement de cette usine, désormais propriété de l’Etat, pour qu’elle soit mise en service « dans les plus brefs délais possibles ».

Après avoir suivi un exposé sur l’usine Nutris, située dans la localité de Bazoul (commune de Taher), M. Zeghdar a indiqué s’être déplacé à Jijel sur « ordre du Premier ministre pour s’enquérir de la situation de cet investissement » appelé à constituer un ‘plus’ pour l’économie nationale en matière de production d’huile de table et d’aliments de bétail ».

Le ministre a ajouté que le transfert de propriété de cette usine au Groupe public Madar holding est de nature à « booster davantage le rythme des travaux de réalisation de ce projet après plus de deux années d’arrêt », estimant qu’ »une fois opérationnelle, cette usine devra mettre fin à la spéculation et le monopole sur l’huile de table et les aliments de bétail ».

  1. Zeghdar a indiqué que les diverses procédures administratives ont été accomplies pour relancer cet investissement important auquel des partenaires étrangers sont associés, affirmant la nécessité de travailler 24 heures sur 24 pour réduire le délai de réalisation fixé à 14 mois.

Une fois opérationnelle, cette usine couvrira 40 % des besoins du marché national en huile de table et 70 % en aliments de bétail, a affirmé de son côté Khaled Boulaâbaïz, responsable technique au sein de cette usine à l’APS.

Il a également ajouté que ce projet aura un impact positif certain sur l’économie nationale et offrira 600 emplois permanents et près de 2.500 emplois non-permanents, précisant que la matière première utilisée sera constituée de graines de soja.

Selon la même source, la capacité de transformation de l’usine atteindra environ 6.000 tonnes/jour permettant l’extraction de 20 % d’huile (matière première) destinée aux transformateurs pour en faire de l’huile de table, alors que les 80 % restants serviront à la production des aliments de bétail.

  1. Boulaâbaïz a également indiqué que les capacités des unités de stockage de l’usine s’élèvent à 100.000 tonnes d’aliments de bétail et 30.000 tonnes d’huiles tandis que les capacités de transformation annuelles avoisineront 1,9 million de tonnes.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.