La lutte antiterroriste au menu

Le ministre français de l’Intérieur dimanche prochain à Alger

0 2 296

Par Arezki Louni   

Le ministre français de l’Intérieur effectuera, en fin de semaine, une visite de travail en Tunisie et en Algérie. Interrogé par la chaîne BFMTV, Gerald Darmanin a affirmé qu’il abordera «la question de la lutte contre le terrorisme et du renvoi des étrangers «radicalisés». La visite du ministre français commencera par la Tunisie samedi, avant l’Algérie dimanche, a précisé à l’AFP son entourage. 

 

Ces visites seront précédées vendredi par un voyage à Malte et en Italie, par laquelle a transité l’assaillant de Nice avant d’arriver en France, pour y parler terrorisme et immigration, a précisé la même source. La visite de Darmanin intervient sur fond d’attaques terroristes contre des lieux de culte en France. L’objectif de ces déplacements est de «discuter avec mes homologues du ministère de l’Intérieur et avec les services de renseignement, et échanger pour avoir davantage d’informations», a ajouté M. Darmanin.

Ce dernier présentera à l’Algérie et la Tunisie une liste de leurs ressortissants en situation irrégulière et soupçonnés de radicalisation, que la France souhaite expulser, a expliqué son entourage, sans préciser le nombre de personnes concernées. «Nous avons expulsé 16 personnes confondues de radicalisations» depuis un mois, a rapporté le ministre. Il a aussi évoqué un déplacement en Russie «dans les prochains jours» pour évoquer ces questions. La visite de M Darmanin intervient un mois seulement après celle du ministre des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian. Dans ses déclarations à BFMTV, Darmanin s’exprimant à propos des Algériens en situation irrégulière en France, souligne : «les personnes en situation irrégulière sont radicalisées et  sont étrangères à notre pays», a poursuivi Gérald Darmanin. «J’ai demandé aux préfets de mettre l’intégralité des étrangers en situation irrégulière, confondus de radicalisation dans les CRA», les centres de rétention administrative, a ajouté le ministre. Aujourd’hui, ils sont «une centaine», a-t-il dit, ajoutant que des discussions étaient en cours avec les autorités de leurs pays en vue de leur renvoi. Et de préciser que depuis trois ans, ce sont 458 étrangers fichés «S» qui ont été expulsés, soit quatre fois plus par rapport aux années précédentes.  

A noter que l’Elysée a annoncé dimanche soir que président français Emmanuel Macron a demandé au ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, de se rendre à Tunis pour discuter de la lutte contre le terrorisme. «Le Président a demandé au ministre de l’Intérieur de se rendre en Tunisie la semaine prochaine pour une rencontre avec son homologue», a indiqué la présidence française. La décision a été annoncée après un entretien téléphonique, samedi, entre le président français et son homologue tunisien, Kaïs Saïed, qui «a exprimé sa solidarité avec la France après les actes terroristes», a précisé la présidence. Les deux dirigeants ont convenu de renforcer la coopération» franco-tunisienne «en matière de lutte contre le terrorisme». Ils ont notamment «abordé la question sensible du retour des Tunisiens avec obligation de quitter le territoire français (OQTF), en priorité ceux fichés S», a ajouté l’Elysée.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.