Le ministère de l’Intérieur sévit

Suspension d’agents de la protection civile grévistes

0 2 097

Par Arezki Louni

Le ministère de l’Intérieur a décidé de sévir contre les agents de la protection civile grévistes. En effet, le département de M Beldjoud a procédé « dans un premier temps » à la suspension de pas moins de 230  agents de la Protection civile (PC). 

 

Ces derniers avaient rappelons-le observé, il y a trois jours, un mouvement de protestation « contraire au Statut particulier des fonctionnaires appartenant aux corps spécifiques de la Protection civile », notamment les dispositions de l’article 173 du Statut général de la Fonction publique indique un communiqué du même ministère. 

En deuxième temps des poursuites judiciaires seront engagées à l’encontre des mêmes éléments. Le ministère de l’Intérieur qui invoque les articles 28 et 29 du décret exécutif 11-106, du 06 mars 2011, portant Statut particulier des fonctionnaires appartenant aux corps spécifiques de la Protection civile, estime que le mouvement des agents de la Protection civile est en violation de la loi. Le même document qualifie la protesta des pompiers de « trahison aux obligations et responsabilités qui leur incombent, dont l’objectif principal est d’attenter à la stabilité et d’entacher la crédibilité de ce corps ». Il convient de rappeler que les agents de la Protection civile ont observé plusieurs sit-in à travers le territoire national, dont le plus important est celui organisé à Alger, quand les contestataires avaient envisagé de marcher sur la présidence de la République avant d’être empêchés par les forces de l’ordre. Pour sa part, le syndicat national des agents de la Protection civile relevant de la Mutuelle nationale des travailleurs des collectivités locales et de l’administration (UGTA) s’est « démarqué catégoriquement » des sit-in de protestation, tout en appelant à « la retenue et la sagesse ». Le Syndicat a, par ailleurs mis en garde contre « le suivi de ces appels tendancieux susceptibles de porter atteinte à la stabilité du secteur, notamment en cette conjoncture que connait le pays ». Auparavant, le Ministère de l’Intérieur, des collectivités locales et de l’Aménagement du territoire a affirmé dans un communiqué,  que toutes les demandes et les revendications exprimées par les agents de la protection civile sont étudiées au niveau central. A noter que les grévistes revendiquent « le relèvement de salaire de base de 15 660 à 24 000 da » et de « la valeur de point indiciaire de 45 à 90 da » avec « l’annulation de l’impôt sur le revenu » et « l’augmentation de le prime de rendement à 40% ». En outre, les agents de la protection civile réclament un statut particulier, la révision de leurs catégories de classement (échelons), ainsi que les indemnités financières pour les 80 heures travaillées par semaine.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.