Le « statuquo » booste les prix

Marché pétrolier

0 74

Par Arezki Louni

Ce que nous avions affirmé il y a près de trois mois sur ces mêmes colonnes, indiquant que le prix du baril de pétrole pourrait atteindre les 100 dollars d’ici à la fin de l’année en cours tend à se confirmer. En effet, les prix du pétrole ont atteint leur plus haut niveau en 7 ans après le refus de l’OPEP d’augmenter la production du Brut. 

 

En atteignant respectivement 78,38 dollars et 82,00 dollars, le WTI et le Brent retrouvaient des sommets plus vus depuis respectivement novembre 2014 et octobre 2018. Ce qui risquerait d’accroitre les tensions entre les États-Unis, l’Europe et la Chine d’un côté, et l’organisation des pays exportateurs de pétrole et leurs 10 alliés de l’autre. La crainte des grands consommateurs, à l’image des Etats Unis, de la France et des pays européens réside dans le fait que l’inflation des coûts énergétiques ne fasse compromettre leur reprise économique post-Covid, alors que l’OPEP et ses alliés contrôlent plus de la moitié de l’offre mondiale de pétrole. De nombreux acteurs et observateurs tablaient en effet sur une accélération de la cadence de production en réponse à la forte hausse des cours ces six dernières semaines, de plus de 20% pour le Brent, la référence du brut européen, et le WTI, son homologue américain. A noter que l’Opep et ses alliés  ont décidé, lundi, de poursuivre l’application, en novembre prochain, de la décision de la 19e session de leur réunion ministérielle, portant augmentation de la production de 400.000 barils/jour à partir d’août. Intervenant au terme de la 21e réunion ministérielle des pays Opep+ tenue par visio-conférence, me ministre de l’Energie Mohamed Arkab a expliqué que le quota de l’Algérie pour la production du pétrole s’élève octobre courant à 942.000 barils/jour et passera à 952.000 barils/jour en novembre prochain. Par ailleurs, la réunion s’est félicitée de « la performance positive des niveaux de conformité globale permettant la stabilité et l’équilibre du marché pétrolier ». Le ministre a fait savoir que le taux de conformité global avait atteint 119 % en août. Il a été également décidé que la prochaine réunion ministérielle de l’Opep et des pays non membres de l’Opep se tiendra au début du mois de novembre prochain 2021. A rappeler que cette réunion qui regroupe les 23 pays (13 pays de l’Opep et 10 pays non-OPEP) a été précédée par la 33ème réunion du Comité ministériel conjoint de suivi (JMMC) , qui a procédé à l’évaluation, sur la base du rapport établi par le Comité technique conjoint de suivi (JTC), des conditions du marché pétrolier actuel à court terme, ainsi que du degré de respect des engagements de baisse de la production par les pays signataires de la Déclaration de coopération. 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.