Les futurs députés appelés à être à l’écoute des investisseurs

Relance de l’économie nationale

2 4 271

Par Zahir Radji 

Les futurs députés auront la lourde tâche dans le traitement et l’aboutissement de plusieurs dossiers, notamment économique. La situation générale dans le domaine des affaires et de l’investissement n’admet plus de retard. 

 

Les bouleversements politiques et la double crise, sanitaire et financière, ayant frappé le pays durant ces trois dernières années, ont eu un impact négatif sur les différents secteurs économiques. D’ailleurs, aucun investissement ou attribution du foncier industriel n’a été consenti, durant cette période. C’est inadmissible et intolérable, dira dans ce cadre, l’expert en investissement, Mohamed Sayoud. « On n’a pas besoin de toute cette période, de 1 à 3 ans, pour avoir un Code de l’investissement. Les prochains députés doivent presser le Gouvernement, notamment le ministre de l’Industrie, afin de promulguer ce Code pour faire bouger les choses, sur le plan économique», a précisé M. Sayoud, dans une déclaration accordée au « Chiffre d’Affaires». 

Ainsi, il a appelé l’Administration, à la libération de l’investissement et que chaque responsable assume ses responsabilités, tout en mettant l’avenir du pays avant toute autre considération. Dans beaucoup de pays, indique-t-il, les opérateurs économiques et les investisseurs, n’ont pas besoin de lois ou de codes d’investissements, pour participer au développement de leurs pays et la création de la richesse et de l’emploi. 

 «Les députés sont appelés à être à l’écoute des investisseurs, en répondant à leur aspiration et en légiférant des lois qui encouragent et facilitent l’investissement, et non le rendre difficile, comme c’est le cas maintenant», a-t-il annoncé. Pour illustrer ses propos, notre interlocuteur a fait savoir, que des investisseurs étrangers veulent créer des sociétés, ici en Algérie, mais ils sont toujours bloqués par le Centre national du registre de commerce, (CNRC). Ces investisseurs ne demandent et n’attendent rien en matière de foncier industriel, ou de financement de la part de l’Etat, précise-t-il. Ils cherchent à créer un registre du commerce, pour débuter leur activité. « En tant qu’investisseur, je demande que l’application de la loi en vigueur. En dépit de la suppression de la règle 51/49, régissant l’investissement étranger en Algérie pour les secteurs non stratégiques, sur le terrain, elle persiste encore. Beaucoup de décisions ont été prises au sommet de l’Etat, mais, malheureusement, elles ne sont appliquées», déplore-t-il. 

Et d’ajouter : « Nous avons perdu beaucoup du temps et la situation économique du pays ne l’admet pas. Il faut aller vite, dans l’élaboration des lois, tout en associant les experts du domaine, puisque les agents de l’Administration sont des employés et s’en fichent des soucis des investisseurs !». L’expert international en investissement a également appelé, à la lutte contre le marché parallèle de la devise. Ce dernier continue encore de drainer des gains faciles, pour des opérateurs économiques, au détriment de l’investissement. Un bon nombre d’opérateurs, notamment étrangers, recourent toujours à la pratique de la sous facturation dans les opérations d’importation de matière première. C’est un moyen pour augmenter leurs bénéfices, en échappant d’abord aux services de la fiscalité (douane et impôt), et à la vente d’une partie de la devise sur le marché informel. L’intervenant a indique, en outre, que « si on arrive à régler le problème de l’investissement, les autres problèmes, d’ordre social notamment, se regèleront progressivement».

2 commentaires
  1. Zafour Mohamed dit

    Bonjour Grand Monsieur Sayoud

    J approuve votre message et Sos pour sauvé l Algérie entières de cette crise actuelle dans ont et en retards sur tous les Plans de la relance économique,

    A cette effet je prie tous les nouveaux députés à prendre en charge ce message en considération le plus vite possible pour posséder a une bonne place mondial sur le Plans investissement durables et furtifs inchallah pour l Algérie entières

    Cordialement Mr Zafour Mohamed
    Président National du Comités de Secours et de l aides Humanitaire Algerie

  2. DJAOUI dit

    Bonsoir. Effectivement les parlementaires en concertation avec les investisseurs et les économistes sont appelés à maturer leurs réflexions et prendre de véritables décisions politiques qui peuvent permettre l’encrage d’un processus de développement des secteurs. Agir unilatéralement ne travaille pas l’intérêt du pays. Bon courage.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.