Les opérateurs doivent développer leur agressivité à l’international

Aide à l’introduction des produits algériens à l’étranger

0 1 108

Par Abdelkader Mechdal        

La recherche des débouchés pour le compte des produits algériens dans des marchés étrangers, incombe en partie à la diplomatie du pays en exploitant sa présence à travers le monde, mais aussi atteindre une clientèle éventuelle hors de l’Algérie, est une affaire purement commerciale qui revient aux entreprises concernées à prendre en charge, tant que ce sont elles les premières responsables du devenir de leurs affaires à l’international.

 

Plusieurs activités dédiées au rôle de la diplomatie dans l’introduction des produits « made in Algeria » au sein des marchés étrangers ont constitué une occasion pour que des opérateurs résidents en Algérie demandent de l’aide à l’implantation dans des marchés ciblés, qui auraient de l’intérêt pour le placement du produit algérien, surtout que les autorités publiques cherchent à diversifier les exportations, et améliorer le niveau des ventes hors frontières. Là, la mise en objectif de 5 milliards de dollars comme chiffre d’affaires à l’export d’ici la fin de l’année actuelle, a canalisé les efforts dans ce sens, et à la tête de la part du département du commerce, mais aussi le ministère des affaires étrangères. Ce dernier s’est engagé à améliorer son intervention au profit des opérateurs algériens voulant exporter, et ce en les rattachant à leurs similaires à travers les pays demandeurs des produits algériens. Et dans l’objectif d’inscrire la mission diplomatique dans le choix de modernisation des services publics, il a été question de l’ouverture d’un portail numérique qui va servir de source d’information aux exportateurs potentiels, en mettant à leur disposition des informations et adresses utiles qui pourront leur ouvrir de nouvelle perspectives d’affaires à l’étranger.

Si ce genre d’intervention est bien nécessaire pour informer sur la demande effective existante dans des marchés intéressants pour développer leurs exportations, il est d’importance que les commerçants algériens soient regroupés en entités d’intérêts, pour mieux se positionner sur les marchés externes. Le travail qui doit se faire dans le cadre de la chambre algérienne de commerce et d’industrie, renvoie au fait que la recherche des débouchés est l’affaire des entreprises avant tout, puisque cette institution qui regroupent des intervenants dans plusieurs champs d’activité, est concernée par la contractualisation des relations avec les chambres de commerce des pays à cibler, ce qui entoure le travail à fournir dans le domaine de la mise en contact en B to B, du professionnalisme nécessaire pour convaincre du sérieux de la partie algérienne dans la mise en relation recherchée, et ainsi faciliter l’introduction de plus en plus de produits sur des marchés ouverts et concurrentiels. Développer l’agressivité de la présence des entreprises algériennes sur des marchés même des plus difficiles, est une affaire à prendre au sérieux, ce qui pousse au professionnalise de l’acte d’exporter, qui mène nécessairement au respect des normes exigés au-delà des frontières, où sur les marchés à cibler. Pour l’autre accompagnement qui devrait venir de la part de la diplomatie, il doit faire en sorte à ce que la réglementation régissant le domaine commercial, soit en adéquation avec ce qui se fait ailleurs, et ce en aidant à la meilleure prise de décision de la part du gouvernement quant à l’accompagnement à destiner au monde des affaires.            

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.