Les professionnels dénoncent une pratique déloyale

Vente en ligne de médicaments

0 54

Par : LARBI SIDALI

Un grand nombre d’organisations syndicales et associations œuvrant dans domaine pharmaceutique, ont dénoncé la vente en ligne de médicaments. Rappelant qu’enfreindre les règles de l’exercice pharmaceutique, expose son auteur à des sanctions disciplinaires, allant de l’avertissement à la fermeture de l’officine ou de l’établissement.

En effet, selon un communiqué conjoint regroupant le Conseil national de l’Ordre des pharmaciens CNOP et le Syndicat national des pharmaciens d’officine SNAPO, la vente en ligne de médicaments a été pointée du doigt. Dans ce contexte et selon ce même communiqué la Commission nationale de coordination CNOP-SNAPO dénonce la vente en ligne, sur les pages web et réseaux sociaux, des médicaments, notamment ceux introduits de manière frauduleuse sur le territoire national, ce qui constitue un danger réel pour la santé de nos concitoyens par l’introduction de produits prohibés, non autorisés ou contrefaits. De plus, cette même commission, a également pointé du doigt la vente concomitante par certains distributeurs et la vente en packs imposées aux pharmaciens, notamment lorsqu’il s’agit de médicaments essentiels en rupture ou sous tension, déplorant au passage la perturbation du marché du médicament, causée par certains spéculateurs, notamment par la rétention des produits. La Commission nationale de coordination CNOP-SNAPO, a exigé en outre le respect des pratiques commerciales et déontologiques par les laboratoires et établissements pharmaceutiques

Pour sa part, le président de l’Association Nationale des Pharmaciens Algériens ANPHA, Tabainet Mouadh, a estimé lors d’un entretien réservé à notre rédaction que la publicité ainsi que la vente en ligne des produits pharmaceutiques sont strictement interdites. Tabainet a ajouté dans ce contexte que la vente des produits pharmaceutiques est bien réglementée et appuyée par le code de déontologie des pharmaciens. De plus le président de l’ANPHA, a proposé d’instaurer une nouvelle réglementation adaptée avec la digitalisation et les mutations qu’ont connues la profession ajoutant que cette réglementation devra renforcer les règles de déontologie dans l’organisation et le suivi de ce créneau libre. Par ailleurs, le président de l’Association Nationale des Pharmaciens Algériens a appelé à entrouvrir une exception pour ce qui est des produits de dérmocosmetiques ainsi que les compléments alimentaires mais toujours avec une réglementation claire précise t’il.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.