Les raisons d’un acharnement…

Puissances, ONG et médias étrangers s’attaquent à l’Algérie

0 10 497

Par Arezki Louni

Même si la situation que vit le pays vient de ses propres enfants, la «main étrangère» existe bel et bien. C’est, en effet, un secret de polichinelle que d’affirmer que des puissances, médias et ONG internationales tirent leurs épingles du jeu, en laissant croire que l’Algérie, qui depuis le 22 février 2019 connait un soulèvement populaire pacifique, va sombrer dans le chaos. 

 

Les images diffusées en boucle par certaines chaînes de télévision française connues pour leur hostilité vis-à-vis de l’Algérie et de son peuple montrant les forces de l’ordre réprimer les manifestants, ont dévoilé au grand jour les desseins des commanditaires de ces scénarios catastrophes. Par exemple, remettre au goût du jour d’anciennes marches populaires est révélateur de ces tentatives de présenter l’Algérie comme un pays à feu et à sang. Par ailleurs, ceux qui considèrent que l’intitulé de la journée de commémoration du 22 février, à savoir «journée nationale de la fraternité et de la cohésion peuple-armée» comme étant une manière de récupérer le Hirak populaire, feignent d’ignorer que c’est cette même institution militaire qui a accompagné et protégé les manifestants durant plusieurs mois de Hirak. En quoi gênerait la «fraternité» entre l’Armée nationale populaire et le peuple duquel elle est issue ? Alors que ces mêmes pays, qui aujourd’hui prétendent donner des leçons de démocratie aux Algériens, veillent au respect de leurs armées, ils ne se gênent pas à tirer à boulets rouges sur l’ANP. La seule façon de contrecarrer ces attaques demeure l’unification des rangs et la consolidation du front interne. Ce qui ne peut passer que par une démarche sereine et loyale. C’est aussi par une action politique responsable qui déboucherait sur des élections législatives et locales propres et transparentes que l’on pourrait contrer l’acharnement piloté par des lobbies, pour déstabiliser l’Algérie et ses institutions constitutionnelles et semer les graines de la méfiance parmi le peuple. Cet acharnement s’est exacerbé en coïncidence avec le 2e anniversaire du Hirak populaire. Il est clair que la position algérienne prônant le rejet de la normalisation et de soutien aux causes palestinienne et sahraouie a suscité l’ire des cercles qui cherchent à annihiler cette pensée principielle. L’Algérie qui est la cible d’attaques réelles et virtuelles est prise en étau par des forces hostiles, notamment après la normalisation entre le Makhzen et l’entité sioniste. L’objectif de ces forces est d’affaiblir l’Etat, en ce sens que l’Armée est l’élément de force de tout Etat. Pour contrer les cyberattaques menées par des cercles connus contre l’Algérie, des experts recommandent la mise en œuvre d’un «programme d’urgence, induit par la conjoncture que traverse le pays, à travers la prise en charge des besoins du pays et du peuple». Il s’agit également de rattraper le retard accusé sur les réseaux sociaux et les plateformes numériques, en adoptant une approche « anticipative » face à toute entreprise subversive par la mobilisation des moyens matériels et humains nécessaires. Il est important de mettre en avant tout ce qui a été réalisé à ce jour comme revendications populaires, notamment la nouvelle Constitution et ses nouveautés pour asseoir l’Algérie nouvelle. Il est somme toute clair que l’accompagnement et l’encadrement du Hirak populaire, pacifique et intelligent, par l’Armée, n’était pas au goût de certaines parties tendancieuses qui cherchaient délibérément à lui nuire. 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.