Murs effondrés et maisons fissurées dans plusieurs communes

Secousse à Guelma

0 4 297

Les unités de la Protection civile de Guelma sont intervenues, jeudi en fin d’après-midi, suite à l’effondrement de murs et l’apparition de fissures au niveau d’habitations individuelles et collectives dans certaines communes, suite à une secousse tellurique enregistrée dans la wilaya sans causer de pertes humaines, a indiqué la cellule de communication de la direction locale de la Protection civile. Selon un deuxième communiqué diffusé quelques minutes après celui rendu public immédiatement après la secousse tellurique de magnitude 4,8 degrés sur l’échelle de Richter, enregistrée à 15h33, la même source a expliqué qu’ «aucune perte humaine n’a été enregistrée et aucun blessé n’a été signalé lors des interventions des unités de la Protection civile dans plusieurs communes», ajoutant que des «fissures sur des habitations individuelles et d’autres collectives ont été toutefois observées». La même source a indiqué que les plus importantes opérations ont concerné celle de l’unité secondaire de la Protection civile de Hammam Debagh à la suite de l’effondrement du mur d’une maison sur des câbles électriques dans la cité des 40 logements ainsi que la chute d’éléments des escaliers d’une bâtisse individuelle dans la cité 5 juillet de cette même collectivité locale, située à 22 km à l’Ouest du chef-lieu. L’unité secondaire de la Protection civile de la daïra d’Ain Hassania est intervenue, pour sa part, suite à des fissures observées sur les murs de deux immeubles de la cité Bencheikh, au centre de la commune Houari Boumediene (25 km à l’Ouest du chef-lieu), a indiqué la même source, soulignant également l’intervention de l’unité secondaire de la daïra de Khezara pour s’enquérir des lézardes observées sur les murs d’une habitation individuelle dans la mechta El Bour, dans la même commune distante de 15 km du chef-lieu de wilaya. Les éléments du poste avancé de la Protection civile du centre-ville de Guelma ont également constaté des fissures sur les murs d’une maison de la cité Harga, au chef-lieu, relevant que les unités de la Protection civile demeurent mobilisées pour s’enquérir des répercussions du séisme.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.