Règlement de la crise en Libye et au Mali Alger et Paris sur la même longueur d’ondes

0 2 392

Par : Zahir Radji

La visite du chef de la diplomatie française, Jean-Yves Le Drian à Alger (les 15 et 16 octobre) était une occasion pour les deux pays de passer en revu les relations bilatérales et également d’examiner les dossiers libyen et malien.
Deux questionnes que l’Algérie et la France accordent une importance particulier et tenter de trouver une solution «pacifique». S’agissant du dossier libyen, le MEA français soutien la position de l’Algérie qui estime qu’il n’y a pas de solution militaire dans ce pays déchiré par une guerre entre les antagonistes libyens.
M. Jean-Yves Le Drian, a plaidé pour que les pays voisins de la Libye s’impliquent davantage dans la recherche d’une issue politique à la crise. «Le rôle des pays voisins est essentiel, parce qu’ils sont les premiers concernés par les risques que fait peser cette crise et qu’ils peuvent jouer un rôle stabilisateur auprès des acteurs libyens à l’inverse des ingérences des puissances extérieures», a déclaré le chef de la diplomatie française à l’issue d’un entretien avec le président de la Republique, Abdelmadjid Tebboune. Et d’ajouter : «En Libye, nous considérons comme l’Algérie qu’il n’y a pas de solution militaire».
De son côté, l’Algérie, qui craint les risques d’instabilité à ses frontières et s’efforce de consolider son influence sur la scène diplomatique régionale, entend aussi endosser un rôle de médiateur entre les camps rivaux libyens.
Les principaux pays impliqués dans la crise libyenne – dont la Turquie, la Russie, les Émirats arabes unis et l’Égypte – se sont engagés en janvier à Berlin à respecter un embargo onusien sur les armes et à cesser toute ingérence, des engagements restés pour l’heure lettre morte.
À propos de la crise malienne, Jean-Yves Le Drian a mis en avant l’identité de vue entre Paris et Alger, en réclamant la stricte mise en œuvre des accords de paix conclus en 2015 sous la tutelle de l’Algérie. «Au Mali nous avons, comme l’Algérie, salué la mise en place d’une transition. Celle-ci doit conduire à la tenue d’élections ouvertes, libres et transparentes et au rétablissement de l’ordre constitutionnel. Comme l’Algérie, nous appelons à l’application d’ensemble de l’accord de paix d’Alger», a-t-il déclaré. Sur ces enjeux, indique-t-il, l’Algérie est partenaire incontournable pour la France.
Et d’ajouter : « C’est une puissance d’équilibre qui privilégie le règlement politique des conflits dans un cadre multilatéral. L’Algérie a une voix qui compte en Afrique comme en Méditerranée», a-t-il encore assuré.
Sur un autre registre, Le Drian a réitéré la solidité des liens d’amitié entre l’Algérie et la France, tout en concidérant comme étant un partenaire stratégique.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.