Rendre les compagnies nationales plus rentables loin du Trésor public

Transport maritime

0 1 600

Le ministre des Transports, Aïssa Bekkaï, a appelé les directeurs et gestionnaires des sociétés nationales du transport maritime à revoir le mode de gestion de ces compagnies, à moderniser leurs systèmes et à les rendre plus rentables, loin des aides du Trésor public, à travers la rationalisation des dépenses et l’exploitation des moyens disponibles, a indiqué le ministère dans un communiqué.

 

Ces instructions sont intervenues lors de sa présidence, samedi, d’une réunion en présence de cadres du ministère, du directeur général par intérim du Groupe algérien de transport maritime (GATMA), de la directrice générale par intérim de CNAN-MED, du directeur général de CNAN-NORD, du Président-Directeur général (P-dg) de la Société nationale Shipping Company (Nashco), ainsi que de leurs cadres et d’opérateurs du secteur privé national.

Au terme de l’exposé présenté par les directeurs portant situation des compagnies au plan organisationnel et opérationnel, ainsi que certains obstacles auxquels elles sont confrontées, à l’instar du manque de la main d’œuvre spécialisée en la matière, de la maintenance des navires et du problème des conteneurs, le ministre a appelé à « revoir le mode de gestion de ces entreprises vitales, à moderniser leurs systèmes et à les rendre plus rentables, loin des aides du Trésor public, à travers la rationalisation des dépenses et l’exploitation des moyens disponibles ».

Dans ce cadre, M. Bekkaï a demandé aux directeurs de coordonner de façon permanente entre les différents acteurs dans le fret maritime, y compris les opérateurs privés, ajoute-t-on de même source.

M.Bekkai a également instruit les directeurs et responsables des compagnies nationales de transport maritime d’élaborer un plan d’action et une vision globale pour aplanir les obstacles dressés devant ces établissements, les appelant à exploiter les capacités nationales disponibles en matière de fabrication de conteneurs en vue de booster l’économie nationale et préserver la devise.

A la question de la main d’œuvre, le ministre a insisté sur la coordination permanente avec l’Ecole supérieure maritime de Bousmail (Tipasa) qui offre des formations dans les différentes spécialités permettant de répondre aux besoins nationaux en termes de ressources humaines spécialisées et d’établir des bilans périodiques sur l’état de la flotte et l’évolution de son activité, selon le même communiqué.

La rencontre a permis aux responsables de ces entreprises de formuler une série de propositions pour le développement de la performance des sociétés et la promotion de leurs activités à travers la prospection des opportunités de partenariat avec les opérateurs locaux et internationaux ainsi que le renforcement des structures de formation pour assurer une main d’œuvre qualifiée.

Pour leur part, les opérateurs privés ont exposé leurs expériences en matière de transport maritime à l’échelle internationale et leur vision future, évoquant les possibilités de coopération et de partenariat gagnant-gagnant avec les compagnies publiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.