Un grand accord gazier sera signé avec l’Espagne

0 1 171

Djamel-Eddine Bouabdallah, président du CCIAE, au prochain sommet

L’Espagne désire renouer avec son statut de grand client du gaz algérien, un accord sera probablement signé lors du prochain sommet Djamel-Eddine Bouabdallah,  président du Cercle de commerce et d’industrie algéro-espagnol (CCIAE), une association accréditée par l’agrément n° 02/2013 et dont le but est d’œuvrer  pour le développement du partenariat économique entre les deux pays à travers la mise en place des conditions d’un climat des affaires facilitateur de l’acte d’entreprendre et d’investir.

Lors de son dernier passage sur les ondes de la Chaîne I de la Radio nationale, Djamel-Eddine Bouabdallah  a tenu à présenter un bilan des échanges algéro-espagnol durant les 3 dernières années.  

Sur une période de 3 ans, le président du CCIAE  a fait savoir, que les échanges entre les deux pays ont atteint 15 milliards de dollars, composés principalement de biens d’équipement importés d’Espagne pour  un montant de 4,98 milliards de dollars, contre 9,71 milliards dollars en produits hydrocarbures vendus au pays de Cervantès.

L’année 2015 a connu, selon lui, une régression provoquée par la chute des cours du pétrole, les exportations algériennes n’ont pas dépassé les 6,56 milliards de dollars contre 3,93 milliards de dollars de produits et services achetés à l’Espagne, ce qui a considérablement réduit le montant des échanges qui a chuté à 10 milliards de dollars.

Pour la première fois, indique Djamel-Eddine Bouabdallah,  la balance commerciale a joué en faveur de l’Espagne, le pays qui a été, pour une longue période, le premier client de l’Algérie, a vu ses importations depuis l’Algérie se rétrécir drastiquement, comme preuve, les exportations algériennes, en 2016, n’ont pas dépassé 3,56 milliards dollars contre 3,59 milliards de dollars de produits espagnols importés.

La visite du ministre espagnol des Affaires étrangères à Alger, n’est, pour Djamel-Eddine Bouabdallah, que la dernière phase avant le sommet algéro-espagnol prévu cette année en application du traité d’amitié, de coopération et de bon voisinage entre les deux pays,  qui prévoit une réunion, au sommet, entre les deux pays se tenant alternativement à Madrid et Alger chaque deux ans.

Le dernier sommet s’est tenu en 2015 à Madrid et il se tiendra cette année à Alger, le volet politique fera partie, bien entendu, de son ordre du jour à côté des dossiers économiques qui seront dominés par le souci de l’approvisionnement de l’Espagne en gaz algérien qui se fait, d’habitude, à travers les deux gazoducs.

L’Espagne désire renouer avec son statut de grand client du gaz algérien, un accord sera probablement signé lors du prochain sommet, conclut le président du Cercle de commerce et d’industrie algéro-espagnol (CCIAE).

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.