Un programme pour économiser 6,5 millions Tep

Efficacité énergétique

0 4 054

Par Zahir Radji

Le changement du modèle énergétique de l’Algérie s’impose. La croissance de la consommation locale en matière de pétrole et de gaz, à deux chiffres, a mis en péril notre sécurité énergétique et également nos exportations. 

 

Au rythme actuel de la consommation, et avec le déclin de la production nationale, l’Algérie n’aura pas de produits à exporter dès 2030. Devant cette réalité, le gouvernement se focalise sur la question, en mobilisant les différents départements ministériels et autres institutions afin de réduire la consommation énergétique de notre pays de 10 % à court terme.

 Le travail est déjà engagé pour la mise en place d’un nouveau modèle énergétique, dira Kamel Dali, un responsable à l’Agence de promotion et la rationalisation de l’utilisation de l’énergie (l’APRUE). En effet, il a rappelé que ce nouveau modèle s’articule sur trois axes (les économies des énergies, les EnR et le modèle économique à entreprendre pour les années prochaines. Le premier axe concerne les économies d’énergie.  Le représentant de l’Aprue  a indiqué dans une déclaration à la radio «Chaîne II » que l’Algérie consomme annuellement 65 millions de tonnes équivalent pétrole. Et que l’objectif tracé, indique-t-il, dans le court terme c’est de réduire la consommation de 10%, soit 6,5 millions de tonnes équivalent pétrole (Tep). 

Pour atteindre cet objectif ambitieux, une feuille de route a été élaborée en concertation avec 15 ministères. Toutefois, M. Dali a indiqué que le grand chantier de l’économie énergétique sera ouvert dans les secteurs de l’Habitat et celui des Transports. Ces deux derniers représentent 80% de la consommation nationale en énergie. 

Dans le domaine de logements, des décisions importantes ont été prises afin de réduire la consommation énergétique, à travers l’engagement d’un projet pour l’isolation de 8 millions de logements. Ainsi, un cahier des charges est en cours d’élaboration pour la construction de nouveaux logements en collaboration avec ministère de l’habitat, conformément à l’efficacité énergétique. La mission de contrôle et de la mise en œuvre de ces dispositifs ont été attribués au Centre technique de contrôle (CTC). S’agissant des constructions individuelles, l’Aprue compte accompagner les citoyens dans l’installation de chauffe eau solaire, en leur attribuant une aide de 45% du prix de l’appareil, a-t-il annoncé. Concernant le secteur des Transports, le même responsable a fait savoir que l’Etat table sur la conversion  de 200 000 voitures diesel vers le GPLc en 2021 et le lancement d’une opération pilote bus et camions hybride (GPLc-diesel).  À tous ces actions s’ajoutent le renforcement  du contrôle des appareils énergivores (lampes,  machine à laver, réfrigérateur et autres). Un laboratoire pour le contrôle de lampes sera bientôt opérationnel, annonce-t-il.  En effet, tous les produits fabriqués où importés seront soumis un contrôle rigoureux, dira-t-il, en imposant un étiquetage énergétiques sur ces produits. Il a, en outre, annoncé l’élaboration en cours d’une nouvelle réglementation fixant un seuil minimum de consommation énergétique. Le responsable de l’Aprue n’a pas écarté l’interdiction à l’importation de certains appareils énergivore dans l’avenir. Dans le domaine des énergies renouvelables, l’Algérie compte la réalisation de plusieurs stations de production d’électricité, d’une totale production de 1000 MW.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.