Un secteur toujours au stade de « projets »

Tourisme en Algérie

0 55

Par Arezki Louni

Au moment où le secteur du Tourisme demeure le parent pauvre de l’économie nationale, et ce en dépit des potentialités que recèle l’Algérie, les responsables semblent toujours au niveau de la législation. Au lieu de lancer la prochaine saison touristique et entamer une campagne de promotion de la destination Algérie, le premier responsable du Secteur, Yacine Hamadi a annoncé mardi à Alger, le parachèvement d’un nouvel arsenal juridique conçu pour cadrer avec les exigences de l’heure.

 

Supervisant la rencontre nationale des services extérieurs du secteur, M. Hamadi a indiqué que ces textes de loi seront bientôt distribués à nombre de secteurs et de partenaires dans les domaines du Tourisme pour enrichissement. L’objectif étant de sortir avec une loi régissant le Tourisme, l’hôtellerie et les stations thermales. Le ministre a évoqué également les principaux axes de la feuille de route sectorielle (2022-2024), issue des orientations du Président de la République et du plan d’action du Gouvernement visant à définir les objectifs et fixer les délais de mise en œuvre pour le développement du secteur. « Le foncier touristique aura la priorité et sera mis à la disposition des véritables investisseurs par le classement des nouvelles zones d’expansion touristiques et la validation de leur plans d’aménagement », a-t-il souligné. Pour booster le tourisme intérieur, le ministre a préconisé « le lancement de nouveaux projets, le parachèvement des programmes d’habilitation et de modernisation des entreprises publiques, outre la création des circuits touristiques thématiques, notamment le tourisme saharien ». M. Hamadi qui a insisté sur la promotion de la destination Algérie, a mis en avant « les efforts continus pour l’élaboration d’un plan marketing efficace dans le cadre de la coopération avec l’Organisation mondiale du tourisme (OMT) ». S’agissant de l’artisanat, le responsable du secteur a mis l’accent sur la protection et la promotion de ce patrimoine tant à l’intérieur qu’à l’étranger. De même qu’il a relevé l’importance de développer l’entrepreneuriat qui, estime-t-il, est « la locomotive de tous les secteurs économiques contribuant à la création de nouvelles activités et des emplois ». Il a rappelé, dans ce sillage, les directives du Président de la République à l’adresse des missions diplomatiques algériennes à l’étranger à l’effet de faciliter l’octroi de visas aux touristes étrangers, prenant en considération le principe de réciprocité avec les pays concernés. Concernant le Conseil national du Tourisme créé en 2002 (gelé actuellement), le ministre a fait savoir qu’il était une instance consultative qui se veut un espace d’échange de vues et d’idées avec tous les acteurs, faisant état de sa relance avant fin 2021. A noter que dans son plan d’action, le Gouvernement avait affirmé son intention à promouvoir davantage le tourisme à travers  le soutien à l’activité les agences de voyages et la facilitation les procédures de visas au profit les touristes étrangers, notamment pour ce qui est de la délivrance de visas. Dans une récente déclaration, le ministre du Tourisme et de l’artisanat Yacine Hammadi a affirmé « qu’aucun pays ne peut interdire l’octroi de visas ou en compliquer le procédure ». Le premier responsable du secteur  est revenu sur la situation de l’investissement dans le Tourisme. Il affirme dans ce sens que « la porte de l’investissement n’a jamais été fermée à aucun investisseur », soulignant que les étrangers son également les bienvenus pour investir. Il affirme dans ce sens que les obstacles et difficultés auxquels son confrontés les investisseurs seront surmontés, d’autant que les agences de tourisme profitent au propriétaire avant le secteur.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.