Une coopération économique d’exception

Algérie-Turquie

0 194

Par Arezki Louni

Avec plus de 5 milliards de dollars d’investissements, la présence des milieux d’affaires turcs en Algérie est appelée à se consolider, notamment à la faveur de la réunion de la Commission mixte algéro-turque. Les délégations des deux pays ont, en effet, examiné, lors des travaux de la 11ème commission mixte intergouvernementale algéro-turque de coopération économique, scientifique et technique des projets d’accord et de mémorandums d’entente dans plusieurs domaines.

 

Il s’agit d’un accord dans le domaine de la protection du consommateur, l’inspection des marchés et le contrôle des produits et services, de l’accord de coopération dans le domaine du travail, de l’emploi et de la sécurité sociale, d’un mémorandum d’entente portant création de la chambre algéro-turque de commerce et d’industrie, d’un mémorandum d’entente de jumelage entre l’Ecole supérieure de magistrature et  l’Académie turque de la justice, outre le mémorandum d’entente dans le domaine de l’environnement. Les projets d’accords devront « enrichir le cadre juridique des relations bilatérales et contribuer à l’amélioration du climat des affaires et les échanges commerciaux et économiques entre les deux pays », indique Mohamed Arkab, ministre de l’Energie et des Mines dans son allocution.  Ces projets reflètent « le caractère pratique et dynamique des relations entre les deux pays et consacrent le futur partenariat prometteur englobant tous les volets de la coopération économique, notamment à travers le lancement de discussions prospectives pour évaluer les possibilités d’ouvrir la voie à une coopération commerciale dans un cadre contractuel algéro-turc », indique Arkab. Par ailleurs, le ministre a appelé les sociétés turques à participer « en force » aux efforts de l’Algérie pour développer ses capacités de production en énergie et mettre en valeur ses ressources minières. Les domaines objet de cette coopération sont la production de l’électricité à partir de sources renouvelables, le déploiement de ‘smart grids’ et la modernisation du système électrique algérien. Il les a également conviées à renforcer leur présence dans le domaine minier, notamment dans l’exploitation du fer, rappelant le projet de Gara-Djebilet décliné en trois sites, ouest de 15.000 H, centre 18.000 H et est 7000 H.  Pour M. Arkab, le plan d’investissement de la société turque TOSYALI, d’un montant global de 1,7 milliards de dollars pour la production d’acier plat à Oran, constitue « un modèle réussi qui encourage à rechercher de nouvelles opportunités de partenariat gagnant pour les deux parties et à accueillir les sociétés turques pour investir en Algérie à l’avenir ». Le ministre a tenu, à ce propos, à passer en revue les importantes réserves minières que recèle l’Algérie à l’instar du zinc, l’or, le marbre, le phosphate, le charbon et la baryte, expliquant que les sociétés turques sont en mesure de contribuer à la mise en valeur de cette richesse à travers l’échange d’expériences et le développement de partenariats d’intérêt commun. De surcroît, des perspectives prometteuses s’offrent aux deux pays dans l’exploitation du granit et de la céramique, a-t-il avancé, invitant, par ailleurs, la partie turque à davantage de coopération et d’échanges de données et d’expertises dans l’infrastructure géologique. A noter que le président Erdogan a invité le chef de l’Etat M Abdelmadjid Tebboune à effectuer une visite officielle en Turquie.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.