« Vers une croissance de 4.7 % du marché pharmaceutique Retail à l’horizon 2025 »

Manager générale d’IQVIA Algérie :

0 4 564

Interview réalisée par LARBI SIDALI 

Dans cette interview réservée à notre rédaction, Yasmine Arim, Manager générale d’IQVIA Algérie, analysera l’impact de la COVID-19 sur l’industrie pharmaceutique algérienne, ainsi que les prévisions d’avenir de cette industrie qui connaît une réelle volonté du Gouvernement de soutenir le développement de ce secteur.  

 

Tout d’abord, parlez- nous d’IQVIA ?

A la croisée de deux univers, la santé et les nouvelles technologies, IQVIA est l’expert des données de la santé depuis plus de 60 ans, et cela dans 140 pays. Ensemble, participons à la mise en place d’un système de santé plus moderne, plus efficace et plus adapté aux besoins de chacun. IQVIA s’appuie sur ses bases de données uniques, sur son expertise et sur ses outils d’analyse, pour apporter des services et des solutions de conseil, aux acteurs du système de santé. Grace à l’utilisation de méthodes innovantes, telles que l’intelligence artificielle, IQVIA contribue à l’amélioration de la prise en charge des patients et au développement de la médecine de demain.

Selon vous, quel est l’impact de la COVID-19 sur l’industrie pharmaceutique algérienne ?

La COVID-19 a eu un impact considérable, sur toutes les parties prenantes de l’écosystème de la santé, à savoir, les structures hospitalières, les cabinets médicaux privés, les pharmaciens, les grossistes, les industriels et, bien entendu, les patients. En première ligne de la lutte contre la pandémie, l’industrie pharmaceutique a dû faire face à de nombreux challenges, notamment une rupture de la chaine d’approvisionnement mondiale en matière première, une baisse de la productivité liée au confinement, et une demande grandissante et immédiate en médicaments, et produits préconisés pour le traitement contre le virus. L’industrie pharmaceutique algérienne, dont la dynamique de croissance a quelque peu été freinée, a toutefois su s’adapter à ce nouveau paradigme et capitaliser sur son savoir-faire et ses capacités de production locale, pour satisfaire les besoins de la population en cette période sensible.

Quelles sont vos prévisions d’avenir, concernant l’industrie pharmaceutique algérienne ?

 L’industrie pharmaceutique algérienne, à la lumière des défis qu’elle a eu à relever pendant la pandémie, continuera à repenser son modèle de fonctionnement, et recentrera ses opérations autour d’une meilleure planification des approvisionnements, une gestion rigoureuse des flux de trésorerie et de nouveaux types d’interaction et d’engagement envers les professionnels de la santé et les patients, avec la montée en puissance du digital.

Malheureusement, les seuls chiffres mis à notre disposition, sont ceux du marché Retail (marché de ville).

 

Pouvez-vous mieux nous expliquer ce que c’est le marché Retail en Algérie ?

 Selon les estimations d’IQVIA, le marché pharmaceutique Retail (marché de détail ou plus communément appelé, marché de ville), en Algérie devrait croître à hauteur de 4,7%, à l’horizon 2025, pour atteindre les 2,9 milliards de dollars.

Plusieurs facteurs contribueront à cette croissance, notamment le vieillissement de la population, qui aura pour conséquence une augmentation des maladies chroniques et non transmissibles (diabète, maladies cardiovasculaire…), l’amélioration des taux de diagnostic, le système de remboursement, ainsi que l’attention particulière portée par le Gouvernement au secteur, et qui fera aboutir plusieurs projets ambitieux dans un avenir proche.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.